NOTRE PART D’INCONNU…

Humeur du moment

« Pour me comprendre,
Il faudrait connaître mes nuits,
Mes rêves d’amour,
Et puis mes longues insomnies
Quand vient le jour
La peur d’affronter la vie »… 
 

NOTRE PART D’INCONNU

Au creux des nuits
de pleine lune
là-bas en petite Sibérie,
avec appels du loup,
bruits de pas dans la neige
et cris de louve qui jouit
dans le lit d’une voix
où le rêve ensorcelle
à la lueur du feu de bois,
on a connu, non pas l’amour
comme on aurait pu se l’imaginer
mais son mystère…
Et tout ce qu’on ne sait pas nommer
quand le secret de l’un
rencontre le secret de l’autre;
secrets pour lesquels, corps et âme
on s’engage du plus profond notre être…
Un manque ressenti depuis l’enfance,
une indicible souffrance qu’on a tue…
C’est à notre part d’inconnu
que l’amour s’adresse, nous laissant
le souffle coupé face à nous même,
sans pour autant, expliquer
le pourquoi du comment…

SOlène
02/09/2021
(Tous droits réservés)

WHAT ELSE ?

Je lis à pas feutrés de louve pleine de son petit.
Pour ne pas déranger l’ordre des choses.
Du doigt j’effleure l’étoffe soyeuse des vers
en tournant les pages de notre histoire
à jamais gravée en lettres d’or et d’ange
à même le grain de ma mémoire…

Extrait de VENTS D’ANGES * in « Au milieu de l’hiver, j’ai découvert en moi un invincible été », mon 2e recueil à paraître très prochainement chez TheBookEdition

Il y a peut être quelque part un bonheur dont j’aurai eu ma part.
Dommage, dommage, j’aimais tant certains paysages. – Michel Berger…

LES JOURS GRIS

Humeur du moment

Je voudrais que tu sois là
Que tu frappres à la porte
Et tu me dirais c’est moi
Devine ce que j’apporte
Et ru m’apporterait toi

Boris VIAN
Berceuse pour les ours qui
ne sont pas là…

LES JOURS GRIS

Dans ma chambre j’ai tiré les rideaux
Mis de la musique, allumé des bougies
Trempé des petits écoliers dans le café au lait
Etalé des vieux vyniles et des livres partout parterre
Invité monsieur R, Baudelaire et Louis-Ferdinand

Les jours gris comme aujourd’hui
Où le ciel est lourd de pluie
Je veux pas le voir pleurer sur la mer
Même si c’est marée basse
Je peux pas changer le monde
Mais je peux nous rêver d’autres vies

Les jours gris, c’est comme des nuits sans étoiles
Tout est à réinventer
J’écris des poémes et des « je t’aime »
Je dessine des soleils et je cueille leurs rayons
Que je t’offrirais si jamais tu venais

Les jours gris, ça me fait peur
Toutes ces heures sans entendre ta voix
Pourtant je ressens du bonheur
Rien qu’à t’imaginer là

SOlène

« Les jours gris est un poème extrait de mon premier recueil, « Le printemps reviendra, il revient toujours » par chez TheBookEdition le 21/09/2020…

Clic ICI*