UNE LARME…. SUIVI PAR « UNA FURTIVA LAGRIMA » ( L’ ELISIR D’AMORE)

Humeur du moment

UNE LARME

J’ai rêvé que je dormais
à l’intérieur d’une larme
posée sur un croissant
de lune entre les nuages
où je m’étais reveillée
dans un rayon de lumière
qui se reflétait sur la mer
Toi, tu étais absent, je crois
et en même temps présent;
ça se sentait comme l’odeur
du pain chaud dans l’air,
quand, au sortir de tes cils,
transformée en perle de rosée
Je me suis vu rouler sur ta joue
jusqu’à l’instant fragile,
où la lumière du jour, la vraie,
passe entre les fentes des volets
pour venir danser sur le mur,
à cette heure silencieuse
où les étoiles s’éteignent au loin…


Je suis larme mais je ne veux pas
mourir comme ça,
à la commissure de tes lèvres
Ouvre les yeux, embrasse-moi
Je serai larme de joie pour toi
comme une transfusion de l’âme,
comme un recueil de lumières
automnales
qui te feront voir la vie à travers
la vitre scintillante de ma bulle
Je serai femme, tout feu,
tout flamme…
Inévitablement, irrésistiblement
pour que dans la faible lumière
de nos yeux,
on puisse voir tout un monde
éclatant de lumière.

SOlène
11/10/2021
© Tous droits réservés – 2021

WHAT ELSE ? 

Una furtiva lagrima (« Une larme furtive ») – Romanza de Nemorino (Acte II) in .L’elisir d’amore (L’Élixir d’amour), opér en deux actes de Gaetano Donizetti, sur un livret en italien de Felice Romani; lui-même tiré du livret écrit par Eugène Scribe pour Le Philtre (1831) de Daniel François Esprit Auber. Il a été créé au Teatro della Canobbiana de Milan le 12 mai 1832…

DIMANCHE SOIR

Humeur du moment

Photo mise en avant: dans les vignes sur l’ile de Ré ( juste avant les derniers coups  de sécateurs ( vendanges septembre/octobre 2021)

La valeur des choses n’est pas dans la durée, mais dans l’intensité où elles arrivent. C’est pour cela qu’il existe des moments inoubliables, des choses. inexplicables et des personnes incomparables.

Fernando Pessoa, Le livre de l’intranquillité

🖋

Ma Libellule , je n’ajouterai rien à la beauté de tes mots et ta poésie si chère… juste merci et j’espère donner l’envie à d’autres de te lire.
De mon côté je le déguste petit à petit pour faire durer le plaisir…

 

SOlène VOSSE:* :

« Au milieu de l’hiver, j’ai découvert en moi un invincible été »…

C’ÉTAIT L ‘AUTOMNE :*

« Bien sur que l’amour c’est casse-gueule : qu’il nous couronne ou nous crucifie…….. »

ON ATTEND TOUS«

On attend tous quelque part, quelque chose
« C’est en nous enchaînant que l’amour nous rend libre «

DIRE À TON CŒUR *

« C’est en nous enchaînant que l’amour nous rend libre »

AUJOURD’HUI EST UN AUTRE JOUR :*

« Hier soir je me suis endormie sur mon chagrin… »

LA BRUME DE MES PENSÉES :*

« Dites à mes enfants que je les aime… »

LUNE BLEUE * :

« Écrire à coup de couteau remué dans la plaie…

DÉLIRE ET FIÈVRE *

« Chaud, froid , mal nulle part, mal partout…. »

EEN D’AUTRES TEMPS ** :

« La Rochelle , ma belle et rebelle repliée sur elle-même… »

TON BAISER*:

« Et sur mes lèvres , encore à vif
Ton baiser qui prolonge le rêve … »À suivre….. 🖤

Ludivine, dimanche 10 octobre 2021

WHAT ELSE ?

oh, comment te dire…. merci certes, mais encore ? Je t’imagine grapiller ici et là les vers de tel ou tel poème de ce recueil , les savourant comme des grains de raisin arrachés aux derniers rayons d un été indien quelque part sur une île ou ailleurs, un dimanche après-midi de cocooning qu’on ne voudrait surtout pas voir se finir. Il n’y a que toi, ma Coccinelle pour faire jaillir de moi, des mots un jour où l’idée d’ecrire ne m’avait même pas effleuré l’esprit. Alors à toi que j’aime: merci du cœur.

SOlène

PS: juste une précisions, le titre je l’ai emprunté à  Albert Camus, qui me l’a bien volontiers preté sachant que j’en ferai bon usage…

Douce soirée à vous tous !