DES ROSES POUR LA PAUSE

Mis en avant

Ce jour est doux et le souci frivole
Cueille la rose au bord de ton chemin.
L’oiseau Bonheur s’est posé sur ta main
Caresse-le avant qu’il ne s’envole
Ce jour est doux… Que t’importe demain ?

 Marguerite Yourcenar

LE MONDE DE SOLÈNE

🎼

Suivant la longue métamorphose qui m’éloigne de mon passé
J’ai croisé une rose qui ne pouvait pas avancer
Pas qu’elle n’ose pas la chose mais n’y avait jamais pensé
Depuis toujours tenant la pose quand les regards l’éclaboussaient…

🎧

…✍

DES ROSES POUR LA PAUSE

Ô doux cocon ! ô merveille !
En ce jour d’août aux faux airs de novembre
J’écoute une chanson du passé
Qui met de la lumière et de l’ambre
Dans la beauté des petites choses
Alors les mots de mes poèmes
Se mettent à roucouler entre eux
Puis tout à coup déploient leurs ailes
Dans l’envoûtant parfum des roses
Qui s’envole en musique au ciel
où soudain le gris métallique étincelle

SOlène
08/08/2021
(Tous droits réservés)

Clic ICI *

WHAT ELSE ?

DANS LES PAS DU PRINCE DES POÈTES *

(Clic*)

« … Ispahan aux musiques du matin
Réveille l’odeur des roses…

Voir l’article original 18 mots de plus

VENTS D’ANGES

Humeur du moment

Photos mise à la une:  » Les vents d’ange » aux Portes en Ré – @solenev79…

« Il y a des îles de nuit dans le plein jour.
Des îles pures, fraîches, silencieuses.
Immédiates.L’amour seul sait les trouver. » –
Christian Bobin, Le christ aux coquelicots…

.VENTS D’ANGES

A fleur des mots
le parfum des roses du jardin
passe dans la carresse du vent
où la tendre acuité du moment,
ravive sur ma peau
le souvenir de ta main…

J’écoute Pergolesi:le Stabat Mater
par Emma Kirkby et James Bowman
en relisant ces poèmes en prose
écrits pour toi l’hiver dernier.
Je me demande ce matin
de quoi d’autre j’aurais besoin
en dehors de ta présence
ou de la mélodie de ta voix
dans ce merveilleux silence ouaté
qui illumine plein jour ces îles de nuit
de ce qui fut notre amour ?
Je lis à pas feutrés de louve pleine de son petit.
Pour ne pas déranger l’ordre des choses.
Du doigt j’effleure l’étoffe soyeuse des vers
en tournant les pages de notre histoire
à jamais gravée en lettres d’or et d’ange
à même le grain de ma mémoire…

Alors le pétale d’un coquelicot nouveau,
comme un souffle nécessaire
dans la brise neigeuse des maux d’hier
me rappelle ce que l’éternité
doit à l’éphémère;
et à quel point je t’aimais quand,
au milieu de l’hiver, j’ai découvert
en moi un invincible été*.

SOlène
15/06/2021
(Tous droits réservés)

WHAT ELSE ?

POÈME SUR LA SEPTIÈME *

( Aujourd’hui Johnny aurait eu 78 ans(